Le samedi 12 juin 2021, Nigloland lançait sa saison 2021 avec l’ouverture de sa toute nouvelle attraction : Krampus Expédition, un Water Coaster entrainant les visiteurs sur les traces d’une bête légendaire… Nous avons eu l’opportunité de découvrir cette nouveauté et nous vous livrons notre avis détaillé !

Introduction : un investissement colossal 

Nigloland poursuit son développement et complète année après année son offre : après le Donjon de l’Extrême en 2016 (l’une des tours de chute les plus hautes du monde) et une montagne russe familiale avec la nouveauté 2020 Noisette Express, le parc de l’Aube a cette fois-ci misé sur une nouveauté aquatique Krampus Expédition.

Un choix plus que judicieux répondant au besoin des visiteurs en quête de rafraichissement lors des fortes chaleurs estivales et qui n’avaient jusqu’alors que la Rivière canadienne (ouverte en 1989) comme option.

Pour s’offrir ce beau cadeau, la direction a investi 12 millions d’euros – la plus grosse dépense de l’histoire de Nigloland et représentant 50% du chiffre d’affaires, avec un soutien financier à noter de la région Grand-Est. Au bout de deux années de conception créative, puis d’un an et demi de chantier, la destination espère voir sa fréquentation annuelle augmenter de 2,5%, à condition bien sûr de pouvoir rouvrir complètement.

La storyline : à la découverte du Krampus

En plus de procurer de belles sensations aux visiteurs, Krampus Expedition s’appuie sur une storyline poussée, développée par Nigloland sur les différentes plateformes officielles. De nombreuses vidéos postées donnent des avant-goûts de la nouveauté, et un court-métrage de 6 minutes a été également produit.


Synopsis officiel : Explorez le monde de la haute-montagne, des rivières sauvages avec des canyons et des cascades incroyables pour enfin accéder à la grotte qui abrite cette bête mystérieuse. Les explorateurs devront faire preuve de courage pour affronter le Krampus, ce monstre rocailleux et sauvage.


Un travail de fond et de forme sur la partie narration qui est l’une des priorités pour Rodolphe Gélis, le directeur d’exploitation de Nigloland. Le chef d’entreprise (ayant fait ses armes chez Merlin Entertainments puis du côté d’IMG Worlds of Adventure) précise que derrière toute bonne attraction, il y a une bonne histoire !

Prenons un instant pour expliquer l’élément à la base de tout le projet : le Krampus. Ce dernier est tout simplement un monstre mi-chèvre, mi-démon existant dans divers folklores européens, et plus particulièrement dans les régions alpines. Un choix cohérent avec la zone d’implantation de cette nouvelle attraction, le Village Suisse, qui compte également en son sein Alpina Blitz et la Descente en Schlitt’.

La file d’attente : un grenier qui dépoussière l’attente !

L’immersion dans l’univers du Krampus commence dès l’arrivée à proximité de l’attraction avec une zone extérieure offrant une vue dégagée sur le « Splash » final ! Les alentours sont particulièrement soignés avec un niveau de détails encore jamais vu à Nigloland : chaque lanterne, muret de pierre ou barrière va rappeler de près ou de loin l’ambiance de l’attraction.  Quelques tables et bancs permettent de profiter d’une boisson fraiche ou d’un bretzel en admirant le passage des embarcations. Et ouvrez l’œil : il se pourrait même qu’un « Niglo caché » se soit dissimulé dans les parages…

Une fois avoir passé le logo de l’attraction – dans lequel les plus fins observateurs retrouveront la silhouette du Krampus dans l’ombre des montagnes – les visiteurs arpentent pendant quelques mètres un chemin extérieur menant à l’escalier du bâtiment.

Premier détail qui fera sourire les fans de l’industrie des parcs à thèmes : de nombreux posters d’autres attractions aquatiques décorent la façade du chalet (Grizzly River Run, Popeye & Bluto’s Bilge-Rat Barges, etc…). Un joli clin d’œil qui n’est pas sans rappeler l’initiative d’Europa Park qui avait fait de même en affichant un poster Grizzly River Run  au niveau de son Fjord-Rafting.

 Le début de la file intérieur passe juste au dessus de la gare d’embarcation, une très bonne idée pour encore plus donner envie aux visiteurs et lui mettre l’eau à la bouche durant les prochaines minutes d’attente.

Par la suite, les futurs explorateurs traversent un grenier composé de nombreux éléments décoratifs : malles, caisses et autres butins récoltés lors de précédentes excursions. Aux murs, de nombreux posters et représentations de Krampus permettent de faire monter la pression à propos de la créature légendaire. D’ailleurs, il est intéressant de voir qu’à chaque fois, ce dernier est représenté d’une manière et dans une forme différentes, renforçant son côté mythique.

L’idée d’utiliser des objets pour tracer le chemin est une très bonne idée et l’ambiance sombre des lieux rappelle quelque peu les mazes d’Halloween – comme La Colère d’Anubis au Parc Astérix.

Le lieu renferme quelques surprises, comme des effets se déclenchant aléatoirement (piano jouant des notes, poste de radio s’allumant subitement, tremblement de casiers, etc…). Là encore certains détails feront sourire les plus connaisseurs : la radio cherchant une fréquence peut se mettre subitement à jouer la musique du Niglo Show ou même… Zip-A-Dee-Doo-Dah de Splash Mountain (Disneyland Resort).

Seul bémol : un véritable manque de luminosité – malgré la volonté de l’équipe créative de véritablement travailler cet aspect avec des lanternes imitant un style « lampe à huile ». Le grenier se retrouve alors quasiment plongé dans le noir, ne nous permettant pas de profiter de l’intérêt de la pièce dans son intégralité. Nul doute que cela sera vite retravaillé et arrangé dans les prochaines semaines.

La salle suivante est sans nul doute la plus impressionnante : une sorte de préau où trône en son centre un impressionnant squelette de jeune Krampus enchainé. Impossible donc de passer à côté et d’esquiver les regards, puisque la file d’attente tourne tout autour. Quelques autres décorations murales et autres détails viennent compléter la charmante décoration. En cas de forte affluence, une – courte – extension extérieure de la file d’attente est possible ; permettant aussi de donner une vue sur le canal où passent les bateaux mais qui est malheureusement très exposée en plein soleil.

 

Juste avant d’embarquer, une gazette placardée au mur nous permet une dernière piqure de rappel sur l’histoire et de l’explorateur Philippe Hubertstein qui aurait fait la découverte du Krampus en 1912. Dommage : jusqu’alors, le court-métrage lié à l’attraction faisait état d’une expédition datant de 1907. Plusieurs petits détails ne semblent pas coïncider entre les différents morceaux d’histoire servis aux visiteurs.

Plus de temps à perdre : les jolies embarcations (pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes) prenant la forme de rafts arrivent en gare et nous sommes prêt à partir en exploration ! 

L’attraction : loin d’être un long fleuve tranquille !

Pour sa nouveauté 2021, Nigloland n’a pas lésiné sur les moyens : Krampus Expedition est considérée comme « la plus grande attraction du parc » au niveau de l’empreinte au sol. Le Water Coaster de Mack Rides culmine à 28m et s’étend sur plus de 600 mètres de rails !

Après avoir quitté la gare et parcouru le petit canal, le bateau commence son ascension du lift. A gauche, des facades plates de chalet ne semblent pas garantir une illusion suffisante (il semblerait que cette partie soit déjà en cours de retravail). Une fois en haut, les sensations peuvent commencer avec une chute incurvée (Curved Drop) puis un enchainement de différentes figures (Twisted Airtime Hill, Helix…) à toute vitesse. Le parcours se poursuit avec une chute vertigineuse dans la bouche du Krampus et cerise sur le gâteau : un super splash dans des cascades géantes.

Après toutes ces émotions, le bateau reprend un rythme plus calme sur la fin de l’aventure avec un petit parcours sur le lagon final, permettant de voir passer également les visiteurs téméraires du groupe suivant. Au moment de rentrer en gare, le bateau passe devant la zone technique de maintenance, parfaitement dissimulée derrière un pan de mur du chalet – un autre effort à souligner.

Si la partie Coaster peut sembler courte, l’expérience totale dure environ 4 minutes et offre malgré tout de belles sensations et une variété de courbes (plutôt qu’une simple descente toute droite). Au niveau du parcours, Krampus Expédition n’a rien à envier à d’autres références européenne en la matière : Atlantica SuperSplash (Europa-Park), De Vliegende Hollander (Efteling) ou encore Poseidon (Europa-Park).

Au total, Krampus Expédition propose une capacité horaire (850 personnes) supérieure aux autres « blockbusters » de Nigloland : Alpina Blitz (800 personnes) et Le Donjon de l’Extreme (700 personnes). Un chiffre logique puisque cette attraction se veut plus familiale que ces derniers, étant accessible pour toutes les personnes mesurant plus de 1,10 mètre.

Avec Krampus Expedition, Nigloland fait le pari ambitieux d’investir et de prendre des risques pour sortir de la crise sanitaire et touristique qui a entaché sa saison 2020. Un bon concept, des sensations fortes accessibles pour un public familial et une storyline forte sont les ingrédients qui (on l’espère) feront le succès de cette nouveauté 2021.

Retour en haut