Dans la grande famille des parcs à thèmes et d’attractions, un cas assez particulier n’avait pour l’instant jamais été traité par Dimension Parcs : les parcs zoologiques / zoos. En toute transparence avec nos lecteurs, nous avons longtemps cherché un axe d’approche pour ces destinations si particulières. En cette période où la condition animale est à raison, toujours davantage mis en avant, Pairi Daiza nous a permis d’approcher et de comprendre leur engagement fort et sincère envers cette cause.

Un parc belge reconnu dans le monde

Destination incontournable du Sud de la Belgique (un peu plus de deux 2 heures depuis Paris), Pairi Daiza est un parc zoologique d’une grandeur et d’une qualité incontestée. Considéré par certains comme le plus beau zoo du monde en activité, le parc s’efforce d’apporter une touche thématique forte dans les enclos et dans les décors les entourant. Thaïlande, Chine, Australie ou dernièrement Canada, Pairi Daiza s’articule autour de jardins / mondes culturels et accrochés à des pays porteurs.

Bassins, temples (réels et utilisés par les communautés comme points de rassemblement), grottes ou villages africains permettent au visiteur une immersion totale dans les environnements d’origine des animaux. Certains d’entres eux vivent dans des ruines (fictives), et d’autres dans de véritables portions de terres immenses (les éléphants notamment). Les enclos sont minutieusement travaillés pour le bien-être des animaux tout en gardant une approche thématique.

Les agréments dans la vie des animaux

Durant notre visite en compagnie de Claire Gilissen (relations presse), nous avons eu la chance de rencontrer l’un des acteurs principaux du bien-être des animaux, Martial.

Menuisier de formation, il s’occupe en grande partie de la conception des agréments, ces accessoires destinés aux animaux que vous retrouverez dans les enclos.

Énigmes, paniers garnis ou autres friandises composent ces éléments essentiels de la vie des espèces. Chacune d’entre-elles bénéficie d’ailleurs d’un soin particulier et d’une approche fondamentalement différente. Les éléphants auront des jeux de forces tandis que les primates se tourneront les méninges avec des mécanismes en bois. Les visiteurs, quant à eux, pourront les observer dans cette quête de friandises. Bien évidemment, il n’est pas question d’y cacher de la nourriture essentielle pour les animaux, seules des gourmandises y seront disposées.

Vous pouvez d’ailleurs suivre en direct, la conception de ces drôles d’engins sur la page Facebook de Martial.

La préservation sur l’exposition

Pairi Daiza met particulièrement en avant un élément fondamental depuis sa création : permettre aux animaux une reproduction et une vie au confort introuvable dans la nature (notamment contre le braconnage). Pari fou du directeur du parc, cette mission est au cœur de l’ensemble des engagements du parc, notamment via une succursale nommée Pairi Daiza Fundation. Animaux rares ou non, chacun a le droit au maximum de la part des soigneurs et des architectes d’extérieur.

À Pairi Daiza, nous ne parlons pas d’enclos mais d’espaces aménagés. Les animaux évoluent donc dans des zones qui possèdent des caractéristiques en rapport avec leur environnement naturel. Il arrive cependant aux soigneurs d’unir deux espèces dans le même espace, pour le bien-être commun. C’est d’ailleurs dans cette configuration que nous avons observé les orang-outans en compagnie de loutres, dans une ambiance sereine et chaleureuse, chacun apportant du divertissement à l’autre.

Un véritable musée

En plus d’être un parc zoologique particulièrement complet, l’autre force de Pairi Daiza réside dans sa capacité à proposer aux visiteurs des pans entiers de patrimoines mondiaux.

De la coiffe d’indien à la momie, vous trouverez des pièces exceptionnelles disséminées dans les recoins du parc. Explorateur dans l’âme, le fondateur du parc et directeur actuel Eric Domb a largement contribué à cet enrichissement. Comme dit dans la première partie de cet article, les temples et autres espaces religieux ne sont pas factices et proposent une richesse architecturale et des éléments décoratifs originaux uniques.

Quelques défauts à signaler

Vous l’aurez compris, nous avons un avis largement positif sur Pairi Daiza. Il faut cependant reconnaître certains défauts qui peuvent largement être corrigés. Le parc manque d’icônes thématiques photogéniques forts, comme les châteaux des parcs Disney, la statue d’Astérix ou encore l’entrée d’Efteling. De beaux points de vue sont présents mais ne permettent pas de reconnaître le parc d’un seul coup d’œil. Les mondes de Pairi Daiza sont en réalité plutôt ponctués de recoins théâtraux que de grandes perspectives spectaculaires.

La restauration propose tout un panel de choix mais le prix semble parfois un peu élevé. Concernant le merchandising, tout est regroupé dans une grande boutique située à l’entrée du parc. Sûrement dans l’optique de laisser le parc en dehors de cet aspect mercantile, nous regrettons malgré tout l’absence de points dédiés, le seul existant étant celui des pandas (merchandising exclusivement sur l’espèce).

Ces défauts issus de comparaisons avec les grandes destinations thématiques semblent largement comblés par les autres aspects du parc. Pairi Daiza met diligemment en valeur animaux et jardins, en offrant une expérience immersive et culturelle à ses visiteurs, le tout dans une ambiance délicate unique.

Retour en haut