Pour son 25ème anniversaire, Disneyland Paris a mis les petits plats dans les grands: nouvelle parade, nouveau spectacle nocturne, et deux nouvelles attractions. Si la première, « Star Wars Hyperspace Mountain : Rebel Mission », n’ouvrira pas avant le mois de mai, les visiteurs ont pu découvrir « Star Tours: l’Aventure Continue » à Discoveryland. Mais alors, que vaut cette nouvelle version de l’attraction culte des Parcs Disney ?

Commençons par la file d’attente, qui débute dès l’extérieur avec la nouvelle entrée éclairée de façon dynamique sur toute sa longueur: celle-ci s’avère simple mais efficace. En entrant dans le première partie de la file intérieure, le changement est frappant. Tout semble sensiblement identique mais les effets version 2017 sont à la hauteur de nos espérances : ils ne dénaturent pas l’attraction que nous connaissions mais redonnent un coup de jeune bienvenu à la file d’attente. Le Starspeeder 3000 a laissé sa place à la version 1000, arborant des tons rougeâtre. C-3PO et R2-D2 n’ont pas changé de place, tout comme les calamaris de la tour de contrôle.

L’imposant écran d’accueil est assurément le changement le plus marquant: bénéficiant d’une résolution en haute définition et d’un nouveau contenu (allant de la météo intergalactique à diverses publicités), celui-ci captive la foule à chaque déclenchement.

La seconde partie de la file d’attente a également été remise à neuf. Fini le débarras de pièces de rechange pour droïde sur le sol de la salle. Tout semble rangé, organisé. Clin d’œil amusant, les RX-24 (plus communément appelés Rex) qui conduisaient notre vaisseau durant l’aventure du Star Tours originel sont entreposés tout le long de la file. Les deux audio-animatronics qui officiaient ici sont restés au même endroit mais, en plus d’une évolution esthétique, ceux-ci proposent deux animations. Le premier est devenu contrôleur de bagages, mélangeant références Disney et Star Wars à chaque passage d’une valise au rayon scanner. Le second quant à lui, se trouve devant une caméra retranscrivant les mouvements des visiteurs, amusant.

Pour l’histoire de l’attraction en elle-même: C3PO se retrouve malgré lui aux commandes du Starspeeder 1000 alors que la commande de décollage automatique a été actionnée. Nous voilà partis pour un voyage intergalactique semé de mésaventures dans l’univers des films Star Wars, tous épisodes confondus.

L’attraction en elle même est une véritable bouffée d’oxygène: 3D, haute résolution, nouvelles cabines. Tout est mis en oeuvre pour procurer un confort maximal, le pari était risqué mais s’avère réussi. Les mouvements sont fluides et la 3D agréable, l’immersion est au rendez-vous.

Il est à noter que si vous avez déjà fait « Star Tours : the Adventures Continue » à Walt Disney World (Orlando), l’expérience parisienne vous sera alors très similaire. Mais vous la découvrirez cette fois dans une version quasi-entièrement française.

Au total, ce sont plus de 70 combinaisons possibles qui vous attendent dans vos aventures intergalactiques. Sans trop vous dévoiler les différentes destinations et planètes, nous pouvons retranscrire le scénario de « base » de Star Tours : l’Aventure Continue.

  • Scène d’introduction
  • Planète A
  • Hologramme personnage
  • Planète B
  • Scène de fin

Ce sont ces 5 éléments qui vont varier, avec quelques scènes alternatives aux modifications mineures, pour donner le chiffre de 70 aventures. Au final, même si vous avez de fortes chances de retomber plusieurs fois sur la même planète, ouvrez l’œil pour découvrir les modifications cachées.  C’est ce qui explique en partie pourquoi Star Tours: l’Aventure Continue est déjà une énorme réussite, à nos yeux, pour Disneyland Paris.


UPDATE – 19/11/17

À l’instar des Parcs Disney américains, « Star Tours : l’Aventure Continue » propose depuis peu aux visiteurs de vivre de nouvelles aventures inspirées de « Star Wars : les Derniers Jedi », la très attendue suite de la saga culte. Cette nouvelle version propose notamment un impressionnant face à face avec Kylo Ren, une course poursuite sur la planète de Crait et même un atterrissage sur la planète Batuu, la planète de Star Wars: Galaxy’s Edge.

 

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut