Nous vous livrons notre avis détaillé sur les épisodes de « The Imagineering Story », disponible dès à présent sur la plateforme Disney+ !

A Carousel of Progress (62mn)

Réalisé par Leslie Iwerks / Sortie le 6 décembre 2019

Le changement de gouvernance de la Walt Disney Company entraîne un nouvel élan pour les Imagineers après les errances abordées dans l’épisode précédent. 2005 marque ainsi un tournant avec l’arrivée de Bob Iger qui succède à Micheal Eisner durant les célébrations du 50ème anniversaire de Disneyland.

Première décision importante : la refonte du parc Disney California Adventure. Le documentaire s’attarde ainsi sur les 5 ans de chantier nécessaires afin d’apporter un élément clé au lieu : l’authenticité. Pour se faire, Buena Vista Street devient la nouvelle entrée apportant charme et cachet dès la première impression. Concernant les nouvelles attractions, le rachat de Pixar 1 an plus tôt offre de nouvelles possibilités aux Imagineers qui proposent alors un ride interactif centré sur la bande à Woody : Toy Story Mania. L’occasion de revenir sur l’incroyable prouesse de l’Audio-Animatronic de Mr Patate capable de retirer son oreille à l’instar de son pendant animé. Un vrai régal.

Pour compenser l’arrivée massive de la dernière génération de personnages Disney, il est décidé de donner un côté vintage à Paradise Pier. La série s’attarde très peu sur cette transformation, il faut dire qu’aujourd’hui la décision de l’époque a été complètement effacée avec l’ouverture de Pixar Pier en 2018… Heureusement, il n’est pas fait omission de World of Color. Pour faire du Parc une vraie expérience d’une journée qui se termine de la plus belle des manières, les Imagineers décident de moderniser un classique de la télévision Disney et d’en faire un must see combinant projections, lasers et fontaines. Une mission largement accomplie puisque le show est considéré par beaucoup comme le meilleur des Parcs Disney.

Le dernier chantier de DCA consiste en l’ajout d’une nouvelle zone. Carland est ainsi développé sous la houlette de Kevin Rafferty, passionné d’automobile qu’il est. Le documentaire dévoile ainsi les concepts-arts originaux rendant hommage à la culture automobile des années 50 avant le bouleversement de la franchise Cars. Si John Lasseter apparait furtivement, on regrettera que sa nomination en tant que Consultant Créatif chez WDI et son implication soit passée sous silence suite au scandale récent qui l’a éjecté de Disney. Devenu Cars Land, le projet devient un chantier titanesque nécessitant 28 000m2 de plâtre sculpté et peint à la main. Le reportage s’attarde également sur l’utilisation des nouvelles technologies qui ont découle de ce chantier dont le DISH. Aussi appelé Digital Immersive Showroom, ce nouvel outil qui permet de visualiser le land en 3D avant le moindre coup de pelle.

DCA 2.0 est un succès et reçoit des critiques élogieuses. Alors que le changement est ici acclamé, la réalisatrice Leslie Iwerks prend le contrepied et nous montre comment celui-ci peut être également mal perçu. Avec les exemples que sont Haunted Mansion Holiday lancé au début d’Internet suscitant ainsi les premières réactions en ligne des fans, It’s a Small World et l’ajout des personnages Disney, Pirates of the Caribbean avec Jack Sparrow et La Rouquine…

The Imagineering Story revient ensuite sur la naissance du mapping vidéo ou comment la technologie a permis de nouveaux effets aux domaines d’applications multiples et variés : des Audio-Animatronics de Seven Dwarfs Mine Train aux nouveaux effets de Peter Pan’s Flight en passant par la scène du temple et du dieu Mara dans Indiana Jones Adventure sans oublier bien sûr les shows nocturnes qui ont le plus bénéficié de cette révolution.

Les années 2010 apportent ainsi de nouveaux challenges. Le public veut des expériences personnalisées et n’est plus prêt à attendre dans de longues files pour faire une attraction. Désormais le plus grand ennemi des Imagineers tient dans une poche : le smartphone qui capte davantage l’attention du public. Ajouté à cela un monde où les technologies se développent de plus en plus vite et où le risque de voir une attraction obsolète dès son ouverture grandit inexorablement et vous aurez un bref aperçu de ce à quoi les Imagineers actuels sont confrontés.

L’épisode propose alors un focus sur Mystic Manor qui bénéficie justement d’une attention toute particulière à l’utilisation d’effets spéciaux au service du storytelling. Attention aux spoilers pour les personnes n’ayant jamais fait l’expérience car le documentaire n’est pas avare en images backstage et en secrets révélés ! Un moment fort appréciable est de voir le compositeur Danny Elfman dans le processus de création de l’attraction d’un point de vue musical. L’artiste, célèbre pour ses compositions comme Batman, Edward aux Mains d’Argent ou Alice au Pays des Merveilles est ici face à un défi tout autre qu’un film avec une musique qui doit accompagner chaque véhicule de façon synchronisé et indépendante dans des pièces où plusieurs groupes de visiteurs sont présents.

C’est enfin au tour de Ratatouille : L’Aventure Totalement Toquée de Rémy de révéler les coulisses de conception. Que de pépites en quelques minutes sont alors montrées au spectateur ! Les prémices du ride nous montrent alors une attraction entièrement basée sur des décors physiques géants. Il est d’ailleurs amusant de voir comment le documentaire semble indiquer que le Parc va mieux aujourd’hui grâce à ce seul ajout alors qu’en réalité il faudra attendre 2025 et les 3 nouveaux lands pour enfin avoir un Parc digne de ce nom.

L’épisode 5 se termine sur une note émotionnelle forte. Les terribles incidents du séisme du 11 mars 2011 au Japon rappelle que si Disney peut contrôler à peu près tout dans ses Parcs, elle ne peut rien face aux catastrophes naturelles. Tokyo Disney Resort du fait de certains dégâts et du deuil national, reste fermé pendant 1 mois et demi. Les images d’archives de la réouverture sont alors fortes. De la dévastation à la joie, c’est le sentiment d’un peuple tout entier qui s’exprime : celui de pouvoir avancer. The Imagineering Story nous rappelle alors ce que cela procure que de déambuler dans les allées de Main Street U.S.A : la sensation d’être enveloppé dans une atmosphère bienveillante où les gens partagent un point commun : celui d’être heureux. Et un nouveau lieu s’apprête à connaître cette sensation : Shanghai


Découvrir notre avis sur tous les épisodes de The Imagineering Story :

Retour en haut