Est-ce que vous vous êtes déjà demandés qui sont toutes ces professions qui défilent au générique de fin ?

Répondre à cette question est la mission d’un type d’attraction bien particulier : les visites de studios de cinéma à bord de trams. Cependant, après la fermeture de Studio Tram Tour: Behind The Magic à Disneyland Paris le 5 janvier 2020, le Studio Tour d’Universal Studios Hollywood en Californie sera le dernier au monde à subsister. L’occasion est donc bonne pour explorer les origines du concept, revenir sur ses déclinaisons variées dans les parcs Universal, Disney et même Warner Bros., et comprendre ce qui l’a inéluctablement rendu rapidement obsolète.

Le Studio Tour original d’Universal Studios Hollywood

Si le parc Californien possède aujourd’hui le Tram Tour le plus fourni, c’est parce que les visites des studios font partie des habitudes d’Universal Pictures dès ses débuts, avant même l’existence du parc à thème, aux balbutiements du cinéma. En effet, en 1915, Carl Laemmle, fondateur de la société, inaugure ses studios flambant neufs à Los Angeles en faisant visiter son domaine fraîchement acquis. Après cela, il décide de les laisser ouverts au public pendant leur activité. Il est ainsi possible, en échange de vingt-cinq cents, de visiter à pied des lieux de tournages et d’assister à l’enregistrement de films encore muets à l’époque.

Tournage du western Love’s Lariat en 1916, avec du public visitant le studio en haut à gauche.

Cependant, à l’avènement du son au cinéma dans les années 30, les visites ont dû cesser, le bruit du public étant devenu gênant sur les plateaux de tournage.

Ce n’est que dans les années 50 que les visites du backlot sont à nouveau possibles, Universal laissant des compagnies de bus touristiques externes ajouter ses studios à leurs circuits de visite d’Hollywood. Cela permet alors à Universal de percevoir un revenu supplémentaire et faisant payer l’accès aux bus, et de remettre sur pieds le restaurant d’entreprise en y accueillant les visiteurs.

Néanmoins, Universal a pendant ce temps une idée en tête : proposer leur propre visite des studios pour dynamiser leur Universal City. C’est ainsi qu’en 1964, des trams sont construits pour créer un circuit permanent. Malgré un tour inaugural qui s’est terminé à pied en raison d’une panne du véhicule au fond du backlot, le Studio Tour est né.

Il faut compter 90 minutes pour faire la première version de la visite qui coûte 2,50 dollars. Une pause est aussi effectuée près du restaurant milieu du tour, où quelques autres animations sont proposées, de même que dans l’Entertainment Center à la sortie. À partir de là, le Studio Tour ne cesse de se développer, comme les activités qui l’entourent qui vont former un véritable parc de loisirs.

Si l’intérêt du circuit était initialement seulement de traverser des lieux de tournage célèbres, des expériences sensationnelles sont rapidement ajoutées. Le tram commence alors à transporter ses visiteurs dans différentes attractions interagissant avec lui, telles que Parting the Red Sea (un lac qui se sépare en deux pour laisser passer le tram, comme le passage de Moïse dans la mer Rouge dans la Bible), The Flash Flood (inondation soudaine d’une rue en direction du tram), et le Collapsing Bridge (pont s’effondrant sous le tram). Un guide est présent à bord pour expliquer les différents aspects de la création des films et montrer les éléments intéressants.

Avec les années, le Studio Tour ne cesse d’évoluer et dure aujourd’hui 45 minutes. On peut y apercevoir de nombreux lieux de tournage ayant servi à des films célèbres tels que Psychose, Retour vers le futur, ou encore Le Grinch, ainsi qu’à diverses séries. De plus, nombre d’accessoires authentiques sont exposés le long du parcours.

Diverses attractions scénarisées ont aussi été ajoutées, en extérieur comme en intérieur, comme par exemple :

  • L’attaque du tram par un animatronique de requin du film Les Dents de la mer.
  • Une simulation du film Tremblement de terre dans une station de métro, où le tram se fait secouer, un camion-citerne prend feu et tombe vers lui, et des trombes d’eau manquent d’atteindre les visiteurs.
  • Des « tunnels immersifs » dans lesquels le tram est plongé au cœur de l’action de King Kong et Fast and Furious à l’aide de grand écrans 3D l’entourant.

Des attractions où de vrais acteurs se mettent en scène existent également.

Au delà des attractions impressionnantes créées spécialement pour la visite en tram, la force du Studio Tour d’Universal Studios Hollywood est de parcourir des décors authentiques ayant réellement servi à des films, dans un studio en activité depuis plus d’un siècle. Le concept aura été copié ailleurs, mais cette authenticité sera pour toujours impossible à reproduire.

Le duel Disney-Universal à Orlando

C’est en Floride qu’apparaissent de nouvelles versions de visites de studios à bord de trams, au milieu d’une véritable course qu’ont mené Disney et Universal. En effet, Universal souhaite profiter de l’attractivité qu’Orlando a acquise grâce à Walt Disney World pour installer son propre parc, Universal Studios Florida, qui ouvre en 1990. Cependant, un an plus tôt, le parc Disney-MGM Studios ouvre à Walt Disney World, avec également pour thème le cinéma et ses coulisses.

Universal accusera Michael Eisner, devenu PDG de la Walt Disney Company en 1984, d’avoir repris les idées du parc Universal qui lui avaient été montrées quand il était encore président de Paramount Pictures quelques années plus tôt. Disney démentira cette théorie en rétorquant que faire visiter les coulisses du cinéma était une idée de Walt Disney lui-même, mais il reste difficile de croire que l’ouverture de leur parc n’ait pas été influencée par l’installation d’Universal à quelques kilomètres.

Quoi qu’il en soit, Disney-MGM Studios et Universal Studios Florida souhaitaient tous deux contenir de vrais studios de cinémas en fonctionnement, et ont proposé des tram tours pour les parcourir.

À Disney-MGM Studios (aujourd’hui Disney’s Hollywood Studios), l’attraction se nomme les premières années Backstage Studio Tour. La version initiale dure deux heures, réparties en une visite en tram et un parcours à pied, avec un lieu de pause et de restauration au milieu.

Le tram passe dans des reproductions de rues New-Yorkaises dans lesquelles de vrais tournages ont parfois lieu, dans les bâtiments des costumes et des accessoires où on peut observer les artisans travailler (plus souvent pour des éléments à destination des parcs que pour des tournages), et de nombreux accessoires authentiques sont exposés le long du parcours. Le circuit marque également l’arrêt au Catastrophe Canyon, qui reproduit un plateau de tournage de film catastrophe, où le tram se fait secouer, un camion-citerne prend feu et tombe vers lui, et des trombes d’eau manquent d’atteindre les visiteurs. Bien que ces effets soit curieusement similaires à ce qu’Universal propose dans son Studio Tour californien, cette étape restera l’élément le plus célèbre de l’attraction de Disney.

Le parcours pédestre qui suit propose, quant à lui, des démonstrations d’effets spéciaux dans lesquelles des visiteurs sont mis en scène, des passages vitrés permettant d’observer les tournages en cours dans de vrais studios intérieurs en utilisation (reprenant l’idée de ce qui se faisait aux débuts d’Universal), et des vidéos éducatives concluant la visite.

Le Backstage Studio Tour a énormément évolué avec le temps. La visite à pied est par exemple devenue une attraction séparée, le tour en tram a été grandement raccourci, et le guide commentant la visite a été remplacé par un enregistrement audio, ce qui fit perdre une certaine saveur à l’attraction. Le nom a également été changé en Studio Backlot Tour, et la durée était finalement de 35 minutes, ce qui comprenait un pré-show reproduisant une bataille navale originellement dans le parcours à pied. Ce tram tour persiste jusqu’en 2014, avant de totalement disparaître pour faire place à deux grandes extensions du parc : Toy Story Land et Star Wars: Galaxy’s Edge.

Dans l’ensemble, on peut convenir que la version Disney du tram tour se voulait très éducative pour faire découvrir au public la magie de la création de films, là où la version d’Universal se concentre plutôt sur des lieux de tournages historiques et des effets spectaculaires, du moins jusqu’à que ces derniers tentent aussi l’aventure à Orlando…

 

À son ouverture en 1990, le parc Universal Studios Florida a pour thème la production de films et de séries télévisées, et présente diverses animations à ce propos tout en ayant vocation à accueillir de vrais tournages, comme Disney. Le parc propose aussi certaines des scènes du Studio Tour d’Universal Studios Hollywood sous forme d’attractions individuelles, par exemple sur le thème de King Kong, Les Dents de la mer, ou Tremblement de terre (où le véhicule se fait secouer, un camion-citerne prend feu et tombe vers lui, et des trombes d’eau manquent d’atteindre les visiteurs).

Avec ces attractions indépendantes, on peut penser que ce nouveau parc floridien ne proposera pas d’équivalent au célèbre Studio Tour de la côte Pacifique, mais le Production Studio Tour est tout de même étonnamment présent à l’ouverture. Celui-ci propose un parcours d’une quinzaine de minutes entre les bâtiments des studios, avec quelques décors et accessoires visibles quand leurs portes sont ouvertes, mais aussi un passage au milieu des allées du parc où le guide commente quelques éléments intéressants des décors urbains.

Le programme de la visite était ainsi plutôt faible, et les décors les plus intéressants se situaient dans les allées que n’importe quel visiteur pouvait parcourir sans embarquer dans les trams, ce qui rend l’intérêt de l’attraction difficile à cerner. Après cinq ans d’opération, le Production Studio Tour ferme définitivement et tombe dans l’oubli le plus total.

Warner Bros. entre en scène

Warner Bros. fait visiter ses studios historiques d’Hollywood depuis 1971. Cette expérience longue de plusieurs heures et éducative n’a cependant jamais fait partie d’un parc à thème. La firme propose également depuis 2012 une visite de ses studios anglais, notamment autour du thème d’Harry Potter, mais cette expérience ne fait pas non plus partie d’un parc.

C’est de l’autre côté de la planète qu’il faut se rendre pour trouver un tram tour Warner Bros. dans un parc à thème. En effet, à partir des années 90, le studio américain veut créer des parcs sur le thème du cinéma, à l’image d’Universal et dernièrement Disney. Trois destinations similaires ouvrent : Warner Bros. Movie World en Australie, Warner Bros. Movie World Germany en Allemagne (aujourd’hui Movie Park Germany), et Parque Warner Madrid en Espagne. Le parc australien ouvert en 1991 est le seul a être voisin de vrais studios, les Village Roadshow Studios, encore en activité aujourd’hui.

Cette proximité avec de vrais studios permet à ce parc d’inclure dès ses débuts un tour en tram qui les parcourt en laissant les passagers voir d’authentiques décors et accessoires. De plus, cette visite contient une étape pour assister à un petit spectacle mettant en scène Sphinx (personnage de Batman) dans son Riddler’s Lair. Pour conclure l’expérience, les visiteurs assistent au Movie Magic Special Effects Show au cours duquel plusieurs plateaux de tournage sont reconstitués pour montrer des techniques de bruitages et d’effets spéciaux, avec possibilité pour quelques volontaires de prendre part à l’action.

Ce studio tour australien a vraisemblablement fermé en raison de visiteurs qui descendaient du tram au milieu des studios, puis le spectacle final a fait de même en disparaissant en 2005. Cette attraction a repris des caractéristiques des versions d’Universal et de Disney, en s’appuyant sur des studios en activité et des licences Warner Bros. fortes telles que Batman et Superman pour le ponctuer de quelques animations.

Studio Tram Tour à Disneyland Paris, l’ultime itération

Dès l’ouverture d’Euro Disney en 1992, la construction d’un second parc à thème est envisagée. Il a ainsi été annoncé que Disney-MGM Studios Europe ouvrirait en 1995, en reprenant en grande partie le concept de coulisses du cinéma du parc que Disney venait d’ouvrir en Floride. Ce parc devait ainsi contenir un long Backlot Tram Tour similaire à celui d’Orlando. Malheureusement, les résultats économiques de la nouvelle destination française n’ayant pas été satisfaisants, le projet de second parc est repoussé et réduit. Cela aboutit finalement à l’ouverture du Parc Walt Disney Studios en 2002.

Studio Tram Tour: Behind The Magic ouvre avec le parc mais est finalement bien réduit par rapport à l’attraction originale américaine. Dans cette version de l’expérience, le parcours est commenté à travers une vidéo pré-enregistrée diffusée sur des écrans embarqués, permettant d’ajouter quelques illustrations aux explications. En raison du public européen du parc, il est initialement possible de choisir parmi six langues de visite (en empruntant la file d’attente correspondante), mais ce système est rapidement remplacé par une vidéo en français et anglais seulement.

Sur le parcours, on trouve divers véhicules, accessoires et décors ayant servi à des tournages, mais aussi récupérés dans d’anciennes attractions de Walt Disney World, bien que ceux-ci n’aient pas de lien avec le cinéma. Le tram passe également devant un décor de Dinotopia, à travers la costumerie de Disneyland Paris (de la même façon qu’à Walt Disney World), dans un décor reproduisant un quartier londonien du film Le Règne du feu où un jet de flammes simule péniblement la présence d’un dragon, et aussi dans le fameux Catastrophe Canyon, où le tram se fait secouer, un camion-citerne prend feu et tombe vers lui, et des trombes d’eau manquent d’atteindre les visiteurs.

Bien qu’étant une des attractions phares du Parc Walt Disney Studios à son ouverture, le Studio Tram Tour français n’a jamais réellement convaincu. La visite de 20 minutes est restée bien en dessous de ce qui était proposé aux États-Unis, et la seule partie qui restera dans les mémoires des visiteurs sera l’impressionnant Catastrophe Canyon. De plus, l’attraction s’est vue amputée de certains de ses éléments avec l’évolution du parc. Studio Tram Tour: Behind The Magic ferme donc ses portes le 5 janvier 2020, après 17 ans de visites.

Il sera partiellement conservé et proposera une nouvelle expérience autour de l’univers de Cars, avec probablement toujours Catastrophe Canyon. Malgré cela, cette fermeture marque la fin des studio tram tours dans les parcs Disney, voire plus généralement la fin des expériences sur le thème des coulisses du cinéma.

La fin des coulisses du cinéma dans les parcs ?

Cinq visites de studios en tram on donc existé dans les parcs à thème, mais après la fermeture de la version de Disneyland Paris, la seule à subsister sera celle d’Universal Studios Hollywood, qui a inspiré toutes les autres.

Ces attractions apparues avant l’invention du DVD qui fournit des bonus montrant les coulisses des films, et avant la popularisation d’Internet qui permet aujourd’hui à quiconque d’accéder facilement à toutes les informations qu’il souhaite. Il est donc naturellement devenu moins pertinent de favoriser cet aspect éducatif dans les parcs à thème.

Outre à Hollywood où ils étaient déjà installés, construire des studios fonctionnels juxtaposés à un parc a fait partie de tous ces projets mais n’a fonctionné qu’à Warner Bros. Movie World où ceux-ci sont toujours en activité. Ceux de Floride et de France (seulement consacrés à la télévision chez nous), tant chez Disney qu’Universal, n’ont jamais décollé et se sont arrêtés, faisant perdre l’authenticité des « coulisses » dans lesquels ces lieux devaient plonger leurs visiteurs. Malgré les infrastructures de qualité qui ont pu être créées, on comprend aisément qu’organiser un tournage dans un lieu fréquenté en permanence par du public est repoussant, à l’heure où un fort poids économique repose sur la non-divulgation des scénarios des films ou séries.

L’idée de parcs à thème consacrés aux coulisses du cinéma a donc connu son apogée à la fin des années 90, mais s’est révélée ne pas être si bonne que cela. Aujourd’hui, les parcs Universal se concentrent plutôt sur le patrimoine qui plaît aux cinéphiles et sur les expériences spectaculaires dans l’univers de leurs licences cinématographiques, et les parcs Disney sont en pleine reconversion et abandonnent les coulisses du cinéma pour plutôt faire vivre les films. Le Parc Walt Disney Studios, arrivé le dernier et dont la pertinence a toujours été difficile à cerner, voit par exemple arriver son immense transformation.

Les trams tours auront permis de faire découvrir la magie du cinéma à une époque où les connaissances étaient bien moins accessibles, en faisant aussi vivre des expériences impressionnantes qui auront marqué plusieurs générations. Cette page de l’histoire des parcs de loisirs se tourne à présent, pour faire entrer les parcs qu’elle concernait dans une nouvelle ère.

Sources et liens pour aller plus loin :

Retour en haut