Avec Voletarium, ouverte depuis le mois de juin, Europa-Park entame un nouveau chapitre de son histoire : l’Adventure Club of Europe. Derrière ce nom énigmatique se cache un univers étendu qui servira de colonne vertébrale pour les futurs projets du parc. Voletarium a posé la première pierre, mais de nombreux indices disséminés permettent de se projeter un peu plus loin. Découvrez notre analyse de l’Adventure Club of Europe, la nouvelle trame scénaristique d’Europa-Park.

Qu’est-ce que l’Adventure Club of Europe ?

En parallèle de la communication relative à Voletarium, Europa-Park a également publié un communiqué de presse de présentation de l’Adventure Club of Europe (ACE), son nouvel univers étendu.

L’Adventure Club of Europe est une association d’explorateurs fictifs ayant fait des découvertes majeures lors d’expéditions et percés des secrets mystiques en tout genre. La direction avait par ailleurs annoncé que « ces découvertes » seront peu à peu présentées au sein d’Europa-Park, « par le biais d’attractions », et « sur différentes plateformes ».


L’Histoire :  L’« Adventure Club of Europe » a été fondé en 1716, par le pirate et mercenaire Bartholomeus van Robbemond. Sa vision était de partir à la recherche de l’impensable et partager ses découvertes avec ceux qui croient aux mystères du monde. Que ce soit sur terre, sur l’eau ou dans les airs, les membres du Club parcourent et explorent le monde entier, animés par le même esprit de découverte.


Voletarium, une mise en bouche somptueuse

Voletarium est donc la première aventure immersive faisant partie de cet univers étendu, via l’intermédiaire des frères Eulenstein, membre de l’ACE depuis 1817 . Dans la file d’attente, de nombreux éléments font écho au Club comme les nombreuses tapisseries retraçant les expéditions entreprises : le monstre du Loch Ness, la découverte de Yucatan, les chimpanzés géants du Congo, le premier vol des frères Eulenstein (Voletarium), la découverte du Yéti de l’Himalaya, l’exploration du Sphinx d’Egypte, le château de Dracula. Une des expéditions a d’ailleurs reçu un coup de projecteur dernièrement : celle du Tre Konor.

Krønasår- The Museum Hotel  et le parc aquatique Rulantica : le prochain chapitre

En 2019, les visiteurs pourront profiter d’un nouveau parc aquatique et de son hôtel thématique. Ce nouvel établissement prendra les traits d’un mystérieux musée exposant les différentes découvertes de l’Adventure Club of Europe. Le squelette du serpent de mer géant, qui trônera dans le hall de l’hôtel, est d’ailleurs présenté dans la biographie d’Ander Svensson sur le site internet de l’ACE.

Krønasår- The Museum Hotel sera intimement lié au parc aquatique actuellement en construction : Rulantica. Nouvel élément pour l’univers étendu : Rulantica a également le droit à une intégration scénaristique complète : une page entière lui est dédiée sur le site, dans lequel nous apprenons également l’identité du pêcheur suédois aperçu dans la vidéo promotionnelle du parc : le Capitaine Olson.

Celui-ci a découvert l’épave du Tre Kronor et compte bien dévoiler tous les secrets de l’île Rulantica au monde entier. Par ailleurs, le fameux bateau est à l’origine une expédition de l’ACE comme nous le montre la tapisserie présente dans Voletarium. De nombreux éléments disséminés dans la nouveauté 2017 montrent un lien fort et puissant dans les différents éléments entourant la thématisation d’Europa-Park.

Certaines attractions existantes également intégrées à l’ACE

La division Mack Solutions (département créatif d’Europa-Park) ne s’est pas contentée de la thématisation des prochaines attractions, mais a décidé également d’intégrer d’anciennes expériences au sein de l’Adventure Club of Europe. C’est le cas de À la découverte d’Atlantis (quartier grec) et de Piraten en Batavia (quartier néerlandais. Si la la première bénéfice d’un simple clin d’oeil et d’un approfondissement plus poussée de la storyline à travers le professeur Harvey Carter (membre de l’ACE) et sa découverte supposée de l’Atlantis, la seconde prend une place de choix dans l’univers étendu.

L’attraction retrace l’aventure du père fondateur de l’Adventure Club of Europe : Bartholomeus van Robbemond, un navigateur ayant mis la main sur le Tigre de Feu de Batavia, une dague légendaire conférant l’immortalité à son possesseur. Cette dague a été intégrée à l’attraction et la cohérence scénaristique est aussi habile qu’efficace.

L’Adventure Club of Europe se décline également en une version « VR » sur l’attraction Alpenexpress Coastiality avec l’aventure « Sky Explorers » permettant aux petits et grands de devenir de véritables pilotes, et de survoler des contrées et paysages époustouflants.

Des indices sur la future nouveauté d’Europa-Park ?

Après Voletarium et Rulantica, l’univers étendu de l’Adventure Club of Europe est amené à se développer dans les années futures. De ce fait, les rumeurs vont bon train dans la communauté de fans autour de la future grande nouveauté, alimentées par les différents indices disséminés dans les tapisseries de Voletarium et sur le site internet de l’Adventure Club of Europe.

La zone dédiée actuellement aux évènements saisonniers (Traumatica) située derrière le quartier grec pourrait d’ailleurs accueillir une extension dans les prochaines années.

La piste la plus plébiscitée serait l’histoire d’Abraham Vambery, membre de l’ACE, ayant fait une étrange expédition en Transylvanie, au cœur de la Roumanie à la rencontre du mystérieux Prince Drăculea. Son château est d’ailleurs représenté sur l’une des tapisseries de Voletarium. Il s’agirait alors d’un nouveau quartier pour Europa-Park, qui serait géographiquement bien positionné non-loin du quartier grec.

Avec cet univers étendu, Europa-Park ouvre une nouvelle page de son histoire et continue son ascension fulgurante dans le monde des parcs à thèmes. Longtemps décrié pour son manque de développement des storylines pour ses attractions, Europa-Park a maintenant de solides arguments pour être une destination touristique d’exception. Comme dirait le Président actuel de l’ACE, Johan Malus :

Les naïfs ne sont pas ceux qui croient à l’incroyable, mais bien ceux qui croient avoir tout compris.

Retour en haut