Dimension Parcs
Le futur du Parc Astérix : nouvelles attractions, nouveaux hôtels et bien plus d’ici 2031

Le futur du Parc Astérix : nouvelles attractions, nouveaux hôtels et bien plus d’ici 2031

19 octobre 2023

Portés par des chiffres de fréquentation records (2,81 millions de visiteurs en 2023) et des résultats financiers solides, les irréductibles gaulois du Parc Astérix n’ont qu’une idée en tête : agrandir leur Empire !

Dans les colonnes du Figaro et un document consultable publiquement en ligne de la Mission régionale d’autorité environnementale Hauts-de-France (MRAe), on découvre les projets envisagés par le Parc Astérix. Le plan de développement s’échelonne sur deux phases (2024 – 2028 puis 2028 – 2031) et nous donne un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler le futur du parc d’ici 2031.

Si les projets jusqu’en 2028 ont commencé à être glissés à la presse par les équipes du parc, il est important de garder à l’esprit que les suivants, tirés du document de la MRAe, ne constituent en aucun cas une annonce officielle de la part de la destination. Le contexte environnemental particulièrement complexe (avec notamment plusieurs espèces protégées de flore et de faune, dont certaines menacées) représente un paramètre qui pourra impacter plus ou moins fortement la concrétisation des projets. Plus un projet est éloigné, plus les modifications peuvent intervenir.

L’objectif est clair pour le Parc Astérix : développer son offre de loisirs, agrandir son pôle hôtelier et réaménager ses infrastructures de parking, pour accueillir toujours plus de monde et continuer de battre des records.

En parallèle, le second parc le plus visité de France réfléchit à étendre son calendrier d’ouverture, en se dirigeant progressivement vers une ouverture de 270 jours par an, notamment en considérant des ouvertures en semaine en septembre, et durant les vacances d’Hiver en février.

Nous avons minutieusement décortiqué tout cela, pour vous partager toutes les principales informations à retenir et avoir un avant-goût de l’éventuel futur du Parc Astérix !

Le parc : des projets dignes des 12 travaux d’Astérix !

Afin de satisfaire ses visiteurs toujours plus nombreux, le Parc Astérix compte utiliser ses moindres recoins pour étoffer son offre d’attractions, de divertissement et de restauration, puisque les forêts protégées environnantes rendent difficile l’agrandissement.

Dans la phase 1 (2024 – 2028), trois grands projets sont envisagés : 

La démolition de Nationale 7, la Maison de la Peur et la Foire aux 6 Trouilles fin 2023 n’intervient évidemment pas par hasard, puisque c’est une attraction familiale plus moderne qui devrait s’installer à cet emplacement en 2025. Seul indice sur son type : les visiteurs seront installés face à face. Certains y verraient une montagne russe tournoyante « spinning coaster » du fabricant Gerstlauer, mais cela reste à confirmer. Une chose est cependant plus claire, le thème serait gaulois, en rattachant cet espace à la zone gauloise adjacente.

Exemple de spinning coaster avec passagers face à face.

En 2026, la zone grecque, devrait s’agrandir du côté du lac, là où se situent actuellement les Jeux d’Odous. Fini les tables de pique nique jonchées de pommes de pin, deux attractions pour enfants pouvant occuper 800 personnes par heure arriveront à la place.

La zone grecque pourrait accueillir prochainement deux nouvelles attractions familiales et un restaurant.

Un « très grand restaurant » de 400 places sera également créé, offrant enfin un vrai point de restauration à cette zone ! À titre de comparaison, le Dolmen Gourmand fraîchement ouvert dans le Festival Toutatis compte moitié moins de places.

Le Dolmen Gourmand compte 200 places assises. Le nouveau restaurant de la zone grecque en compterait 400 !

Enfin, entre 2027 et 2028, une page de l’histoire du Parc Astérix va se tourner puisque l’immense zone historique À Travers le Temps devrait être entièrement déconstruite pour être remplacée par une autre. Il faut avouer que son âge se faisait sentir depuis plusieurs années, et que la fermeture en 2023 de certaines de ses activités a laissé présager de la suite.

Vers une fin tragique pour les tours amoureuses ?

En ce qui concerne le nouveau thème, le nom du projet « Londres-restructuration des rues de Paris » laisse peu de doutes sur l’utilisation de l’univers de l’album et films Astérix chez les Bretons pour immerger les visiteurs.

Photo d'un décor de l'attraction Pégase Express du Parc Astérix
Peut-être qu’un jour l’affiche « Londinium » visible dans la file de Pégase Express dira vrai…

Toutefois, si la Rue de Paris était délaissée la plupart du temps, elle restait le cœur de Peur sur le Parc. On peut donc s’attendre à un renouvellement quasi complet de cet événement d’Halloween dans les prochaines années, comme initié avec le Tombeau des Dieux

Le Tombeau des Dieux est la première maison hantée située en dehors de la zone À Travers le Temps

Plus tard, dans une phase 2 (2028 à 2031), les gaulois reprendront une gorgée de potion magique pour continuer sur leur lancée avec deux autres zones. Attention tout de même, il est précisé que le contenu de cette phase 2 « n’est pas encore bien défini ».

Goudurix, la célèbre montagne russe trônant fièrement dans les reflets du lac malgré son grand âge, pourrait commencer à sentir le sapin. En effet, une restructuration complète de la zone viking serait à l’étude.

Quid du sort de Goudurix en cas de restructuration de la zone viking ?

De l’autre côté du parc, aux alentours du Grand Splatch, de Toutatis, et jusqu’à l’entrée du parc, la création d’une nouvelle zone thématique est aussi mentionnée. Cependant, le mystère reste encore entier sur le contenu de ces deux secteurs.

Les hôtels : ambition “Domaine des Dieux”

Ces dernières années, le Parc Astérix a fortement investi dans l’augmentation de sa capacité hôtelière, favorisant ainsi les courts séjours plutôt que les simples journées. 

D’abord en agrémentant l’hôtel Les Trois Hiboux de chambres supplémentaires, puis en inaugurant deux nouveaux hôtels thématiques, chacun de 150 chambres : la Cité Suspendue (2018) et Les Quais de Lutèce (2020). Aujourd’hui, le pôle hôtelier de la destination totalise 450 chambres, 3 restaurants et de nombreux espaces de conventions et séminaires. 

Une stratégie ambitieuse qui a porté ses fruits, en enregistrant des taux d’occupation records sur les 3 hôtels (97 % de taux d’occupation à l’été 2023) tout en étant récompensée par l’industrie (par exemple le “TEA Award – meilleur hôtel à thème du monde” pour les Quais de Lutèce en 2020). 

Cette dynamique devrait se poursuivre dans les prochaines années, avec de nombreux projets d’expansion et de construction. Une chose est sûre : l’architecte Numérobis va avoir besoin de potion magique pour tenir la cadence…

Durant la phase 1 du plan de développement (2024 – 2028), l’hôtel Les Trois Hiboux pourrait une nouvelle fois voir sa capacité s’étendre, avec l’ajout de 108 chambres supplémentaires. Les infrastructures d’accueil seraient aussi adaptées afin d’assurer une qualité de service, avec l’agrandissement du parking ainsi que la construction d’un nouveau restaurant et d’une boutique.

Fin 2026, un quatrième hôtel de 300 chambres sortirait également de terre. Il faudra s’attendre à du dépaysement, car l’établissement sera « sur une thématique inspirée d’un des voyages des héros gaulois ». En opposition aux trois premiers hôtels faisant part belle au bois, celui-ci sera plus minéral. En ce qui concerne les tarifs, il se positionnera entre les Quais de Lutèce et la Cité Suspendue, apprend-t-on dans l’Echo Touristique.

Ce nouvel établissement s’accompagnerait de deux restaurants (total de 700 places assises), d’un pôle séminaire de 1500 m², et surtout de la création d’un parking sur 4 niveaux de 480 places.

Ce développement XXL du pôle hôtelier inclurait également l’agrandissement de l’entrée du parc pour les résidents des hôtels, qui verrait alors affluer chaque jour des milliers de visiteurs supplémentaires.

Bien qu’encore à définir concrètement, la phase 2 du plan de développement (2028 – 2031) ferait également la part belle aux solutions d’hébergement. Un 5ème hôtel pourrait sortir de terre, ajoutant 150 chambres supplémentaires et faisant dépasser le cap symbolique des 1000 chambres.

Le document ouvre également la porte au développement d’une “offre de loisir spécifique à la zone hôtelière”, rappelant le projet de “pôle aquatique », mentionné par Delphine Pons dans son entretien auprès de Ouest-France.

Parkings : Veni Vidi Vinci !

Avez-vous déjà été contrarié(e) par l’attente et les embouteillages pour arriver ou quitter le Parc Astérix ? La direction semble bien au courant du problème puisqu’un vaste projet d’amélioration des parkings est envisagé avant 2028

Au programme : des centaines de places supplémentaires, un péage et une véritable gare routière. On peut ainsi espérer que les frustrations à ce sujet diminuent. De plus, comme l’a récemment fait Disneyland Paris, des ombrières photovoltaïques équiperont l’espace, pour en tirer tous les bénéfices.

Le parking de Disneyland Paris est déjà équipé de panneaux photovoltaïques.

Au-delà de la voiture, d’autres solutions de mobilité sont étudiées, comme une optimisation des navettes passant par exemple par une augmentation de leur fréquence aux heures de pointe, l’installation de bornes de recharge électriques, ou même un projet de piste cyclable.

Nous verrons ce qui se concrétise, mais les transports routiers semblent rester privilégiés, notamment à travers la gare routière prévue pour 2026. Aucune mention de transport ferroviaire ou autre n’est faite pour le moment.

Vous l’aurez compris, l’avenir semble radieux pour le Parc Astérix qui continue de se développer année après année. Si beaucoup de ces beaux plans s’écrivent encore au conditionnel, d’autres projets sont eux déjà bien lancés, comme les nouveautés 2024 (La Tour de Numérobis et le nouveau restaurant de la zone Egypte, la comédie musicale au Théâtre de Panoramix, et le renouvellement du Grand Splatch).