Ce n’est plus un secret, le Parc Astérix prépare une nouveauté conséquente pour 2023 : un LSM Launch Coaster fabriqué par Intamin !

Les détails sur ce projet arrivent au compte-gouttes, mais des documents mise à disposition du public par la préfecture de l’Oise nous permettent d’apprendre du nouveau. Examinons donc ce que nous savons sur cette impressionnante montagne russe…

En premier lieu, le parc a dû sélectionner un emplacement pour cette attraction. Il est à noter que, notamment avec les expansions hôtelières récentes, le terrain du Parc Astérix commence à être limité en grands espaces constructibles.

Deux emplacements ont ainsi été étudiés : à proximité de Goudurix et des hôtels, ainsi qu’entre la Trace du Hourra et le Grand Splatch. C’est finalement la seconde possibilité qui a été retenue pour éviter de déranger les résidents des hôtels avec les nuisances sonores du puissant coaster. Les visuels le montrent donc en zone gauloise et non viking (il semblerait cependant que les décors de la simulation 3D soient restés vikings, il conviendra de ne pas s’y attacher).

Astérix Intamin visuel

Finalement, ce nouvel espace permettra de faire serpenter la file d’attente et le coaster sous la Trace du Hourra, ce qui promet des vues inédites ! De plus, une aire de jeux et un kiosque de restauration seront aménagés.

Astérix In

En plus de sa localisation dans la zone thématique « Bienvenue chez les Gaulois » à laquelle on peut supposer une intégration, les divers plans publiés dévoilent quelques éléments de décor de la future attraction. Une colossale statue gauloise semble ainsi se tenir à l’entrée de la file d’attente, et on devine des dolmens sur la gare, d’ailleurs désignée « tumulus » (sépulture sous forme de colline des civilisations gauloises).

En outre, « Toutatis » semble être le nom parfois utilisé pour désigner le projet. Le synopsis de l’attraction tournerait-t-il donc autour du célèbre dieu gaulois ?

Au delà de cette thématisation qui demande encore à se préciser, nous disposons déjà de statistiques concrètes sur la machine :

Pour faire expérimenter le coaster à un maximum de monde, jusqu’à trois trains pourront circuler sur le parcours, et une file d’attente « single rider » (personnes seules) sera mise en place (comme une file « Pass Rapidus » pour ceux souhaitant investir pour moins attendre). En gare, des casiers permettront au public de se séparer de ses bagages pendant le tour.

Au niveau budgétaire, on apprend que le coût total du projet s’élève à 28 millions d’euros, un record pour le Parc Astérix. Environ 13 millions sont consacrés au coaster lui-même, et 1,35 millions aux décors. Pour rappel, la zone égyptienne d’OzIris avait coûté en 2012 une vingtaine de millions d’euros.

Voilà donc de quoi nous mettre l’eau à la bouche en attendant l’ouverture de ce coaster prévue en 2023 ! Nous ne manquerons pas de suivre le chantier qui débute, dans l’espoir que le Parc Astérix soit propulsé vers les sommets avec cette nouveauté !

Retour en haut